Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Notre Terre ne mérite pas vraiment son nom, le nom de Mer lui conviendrait mieux.
En effet, les mers et océans couvrent la majeure partie ( 70 % ) de notre planète. Leur profondeur est en moyenne de 4 000 mètres, avec une profondeur maximale de 11 000 mètres. Ces dimensions en font le plus grand habitat de notre planète, bien plus important que les forêts tropicales. Paradoxalement, les animaux qui vivent dans les eaux des profondeurs sont très peu connus. En fait, ces eaux sont difficilement accessibles, et des moyens techniques particuliers sont nécessaires pour étudier les grands fonds.

On peut donc se demander si il y a bien une vie dans les profondeurs abyssales. Et si oui, comment vivent-ils malgré des conditions de vie extrêmes ?

Recherche

Archives

19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 13:38

     La conquête des océans commence en 1841 avec le naturaliste anglais Forbes, qui effectue des prélèvements à profondeurs croissantes. Il remarque que plus les pêches sont effectuées en profondeurs moins il y a d’animaux dans les dragues. C'est alors qu'il dresse une courbe théorique du nombre d'animaux en fonction de la profondeur ; et cette dernière révèle que toute forme de vie disparait au dela de 550 mètres.

     Mais en 1860, en effectuant une réparation sur un câble sous-marin, le naturaliste français Alphonse Milne Edwards découvre des coraux et des vers qui se sont développés à plus de 1 800 m. Cette découverte contredit l’hypothèse de Forbes et relance la recherche pour savoir à quelle profondeur la vie s’arrête.

     En 1864 le pasteur norvégien Sars découvre deux fossiles vivants à 600 m de profondeur, espèces que l’on croyait disparus depuis l’ère secondaire. Se pose alors une autre question pour les scientifiques : certains animaux auraient-ils trouvé refuge dans les océans lors des changements planétaires ?

     Pour répondre à ces deux grandes questions des grandes campagnes océanographiques vont se mettre en place. Les anglais vont être les premiers à mettre en place des expéditions, comme Wyville Thomson qui organise de décembre 1872 à mai 1876 sur le voilier Challenger le parcours du globe. Il va au cours de ses 362 stations remonter des animaux jusqu’à 5 500 m, ce qui est alors le record, qui sera battu en 1901 par le prince Albert de Monaco : il ramène dans ses dragues des animaux, poissons et crustacés récoltés jusqu’à 6 035 m.

     Entre 1950 et 1952 des Danois ramènent 115 espèces d’animaux capturés jusqu'a 6 000 mètres lors de leur tour du monde.C'est lors d'un chalutage dans la fosse des Marianne qu'ils remontent des invertébrés et des sédiments contenant des bactéries qui se trouvaient a 10 900 mètres. Il démontre alors qu’il n’y a pas de limites de profondeur à la vie.

     Arrivés à ce stade, il faut alors aller voir sur place pour continuer les recherches. Des américains, Beebe et Barton sont les premiers à s’y risquer, à bord d’une bathysphère. En août 1934 il atteindra la profondeur de 908 m (profondeur jamais atteinte par l’homme), ramenant des images, descriptions sur le phénomène de la bioluminescence, il effectue même une émission radiophonique réalisée en direct du fond décrivant les poissons phosphorescents.

     Les bathyscaphes vont permettre de descendre beaucoup plus bas, comme 10 910 m en 1960.

     Ainsi pendant cent ans, de 1850 (Forbes) à 1950 (Bruun et la Galathea) on a réussi à prouver que la vie existait à toutes profondeurs.

     En 1977 le géologue John Corliss arrive même à prouver que la vie peut exister sans soleil.

    Fin mars 2004 : Une expédition francaise appelée BioSpeedo de Dider Jollivet et  françois Lallier qui avait pour but de prélever des échantillonsde faune hydrothermale sur différents sites pour étudier la parentée des populations.

    Actuellement le programme inter-nationnal de recensement de la vie marine est en cours. Il a été lancé en 2000 avec 300 scientifiques de 70 pays. Il  pour but de recenser en 10ans toutes les formes de vie présentes à toutes les profoneurs et dans toutes les mers du monde.Sur les 4 premières années ils ont déjà repertoriés 38 000 espèces marines.

Published by Groupe TPE - dans Introduction
commenter cet article