Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Notre Terre ne mérite pas vraiment son nom, le nom de Mer lui conviendrait mieux.
En effet, les mers et océans couvrent la majeure partie ( 70 % ) de notre planète. Leur profondeur est en moyenne de 4 000 mètres, avec une profondeur maximale de 11 000 mètres. Ces dimensions en font le plus grand habitat de notre planète, bien plus important que les forêts tropicales. Paradoxalement, les animaux qui vivent dans les eaux des profondeurs sont très peu connus. En fait, ces eaux sont difficilement accessibles, et des moyens techniques particuliers sont nécessaires pour étudier les grands fonds.

On peut donc se demander si il y a bien une vie dans les profondeurs abyssales. Et si oui, comment vivent-ils malgré des conditions de vie extrêmes ?

Recherche

Archives

22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 21:16

Là où la pression atteint 200 fois celle de la surface, à 2 kilomètres de profondeur le long des dorsales rocheuses, les fumeurs noirs crachent un mélange d'eau et de substances chimiques à des températures approchant 350 °.

Supposées d'apparences inhospitalières, les sources hydrothermales révèlent  une faune originale et abondante. C'est le berceau de la vie primitive sur la Terre.
La biomasse y est 500 à 1 000 fois plus élevée que celle estimée en milieu abyssal. Cette densité s'explique par la présence d'un grand nombre de bactéries qui utilisent l'énergie de l'oxydation des sulfures présents dans le fluide hydrothermal, et qui ainsi constituent la base de cet écosystème.
Ces sulfures sont alors directement consommées par des organismes brouteurs ( gastéropodes ), eux-même la cible de crustacés et de poissons. Mais les bactéries peuvent également établir des symbioses avec des organismes tels que les Riftia pachyptila et quelques bivalves.
Voir l'article sur les bactéries pour en savoir plus.

On trouve parmi les organismes majeurs des annélides, crustacés, mollusques ( gastéropodes et bilvaves ) et poissons. Certaines espèces sont caractéristiques d'une dorsale océanique donnée ( Pacifique, Atlantique, Océan Indien ). En fonction du gradient de température qu'ils supportent, ces organismes colonisent des zones différentes autour des sources.
Voir l'article sur la faune et la flore des fumeurs noirs pour en savoir plus.

Le fluide hydrothermal est riche en gaz dissous H2S ( 2% ), CH2, CO ( 43 % ), CO2, H2 ( 45 % ), N ( 4 % ), CH4 ( 6 % ) et en métaux Si, Mn, Fe et Zn. La composition et les caractérisques physicochimiques du fluide hydrothermal sont en fonction de la température et du type de roches traversées.

Il est possible de différencier deux types de fumeurs : les fumeurs noirs et les fumeurs blancs. Contrairement aux zones de fumeurs noirs, d'où sortent des fluides à 200 ou 300 degrès chargés notamment en souffre, les fumeurs blancs sont beaucoup moins chauds, et on pensait qu'il y avait très peu de vie autour d'eux. Résultat : pas du tout ! Des petits crabes, des crevettes ou des vers, blancs ou translucides, ont été découverts, avec une grande diversité d'espèces mais en quantité moindre qu'autour des fumeurs noirs, d'où notre étude plus appronfondie sur les fumeurs noirs. Les grands fonds ont encore tant de mystères ...

Les fumeurs noirs ressemblent à une étrange forêt de cheminées noueuses d'environ 2 mètres de haut qui vomissent d'épais nuages noirs semblables à de la fumée de charbon.
Evidemment, il n'y a pas de fumée dans un liquide. C'est une source de minéraux en suspension, dont la concentration est bien supérieure à celle des sources thermales observées sur le rift des Galàpagos, essentiellement constituées de cristaux de sulfure de zinc.
Sans que les animaux qui vivent là paraissent s'en émouvoir, la température de l'eau passe de 350°C au contact du panache à 2°C quelques décimètres plus loin. L'eau y est acide et peu oxygénée.
Le sulfure d'hydrogène est un gaz, un poison mortel pour les êtres vivants car il se fixe sur l'hémoglobine du sang en lieu et place de l'oxygène vital. Et voilà que ce poison apparaît essentiel à la vie ! En effet, le liquide hydrothermal s'avère saturé de micro-organismes, ainsi on y trouve une biodiversité exceptionnellement riche, une vie particulièrement abondante et variée. Les formes géantes d'animaux ( notamment des vers ) constituent une biomasse importante. Les espèces sont réparties en auréoles concentriques autour des cheminées, en fonction de leur tolérance aux températures.


Les évents hydrothermaux naissent et disparaissent à mesure que se forme le nouveau plancher océanique. Lorsqu'un évent se tarit, les colonies qui prospéraient grâce à la richesse en nutriments de ses eaux meurent et l'endroit redevient stérile et désert.

Pourtant, on a identifié dans une région de l'océan Indien des espèces très voisines de celles qui avaient été observées à plusieurs milliers de kilomètres de là, sur la dorsale médio-Atlantique et sud -ouest Indien. Il existerait peut-être alors des liens entre les fumeurs noirs permettant aux espèces de ne pas mourir à cause de l'éphémérité des fumeurs.

Nous pourrions supposer que des sources relais non détectées pourraient assurer le passage d'un site à l'autre. De plus, pour faciliter cette migration, étant donné qu'on connaît mal les larves émises par les animaux hydrothermaux, nous pourrions penser qu'elles peuvent perdurer assez longtemps, des mois peut-être, pour franchir la distance vers de nouveaux sites au gré des courants qui s'écoulent le long des dorsales.

Une expérience réalisée au laboratoire Systématique, adaptation, évolution (SAE), vient confirmer ces hypothèses: en essayant de suivre, par des fécondations in vitro, l'évolution cellulaire des oeufs de vers Alvinella, on a découvert que l'oeuf fécondé reste stable dans le froid abyssal et ne se développe qu'en présence d'une source de chaleur. Les oeufs se maintiennent donc assez longtemps pour trouver les conditions propices à l'éclosion.

Published by Groupe TPE - dans Les fumeurs noirs
commenter cet article

commentaires

antoine 24/03/2009 19:02

slt moi aussi j'ai fait un tpe sur les abysses et je passe demainc'est faux les especes se trouvant proche d'une source hydrothermale entrain de s'eteindre ne meurt pas puisqu'il utilise les mvt de convection de la sourcfe pour en colonisé d'autre ou se deplace

Groupe TPE 31/03/2009 17:30


je vois merci de l'info !


justine 21/03/2008 18:21

est ce que je pourrais avoir votre bibliographie? J'ai aussi un travail a faire sue les fumeurs noirs et l'origine de la vie. merci d'avance

Zélie 25/03/2008 19:26



notre bibliographie sur trouve dans la rubrique "source" il y a tous les livres que nous avons utilisés, les videos et les sites internet aussi. Voila jespere que ca taidera